Souvenirs de 2002

J’ai rencontré Jérôme Brézillon fin 2001 ou 2002. Etudiante en journalisme, je devais présenter à ma classe le travail d’un photographe de mon choix. J’avais aimé ses photos sur Huntsville dans la galerie de la Fnac Forum des Halles à Paris. Avec mon binôme je suis allée le rencontrer à son agence, dans le 11ème je crois. Il nous a aussi montré le travail qu’il avait mené à la morgue, cela m’avait marquée car une des photos ressemblait étrangement à mon père qui était décédé peu de temps avant.

J’avais filmé la présentation du film de Solveig Anspach à la Fnac. Si un jour je remets la main sur la Hi-8 et que cela intéresse quelqu’un…

Après ce travail universitaire et un article pour un journal étudiant, je n’ai pas suivi son travail. Mais il n’est pas sorti de ma tête. Je me souviens des grands espaces qu’il photographiait, de son exposition aussi sur El Paso à la frontière mexicaine. Et je me souviens d’une personne calme, pas très bavarde, mais qui avait eu la gentillesse et la patience de nous recevoir. Nos questions n’étaient pas très poussées ni très organisées, lui n’était pas exubérant.

C’est par hasard ce soir que je découvre sa mort. Cherchant sur Internet des références sur Ursula Meier, je veux savoir s’il s’agit de la réalisatrice avec laquelle J.Brézillon avait travaillé (confusion avec S. Anspach). Je googlelise J.Brézillon donc, et consulte son site. Je remarque qu’il a fait pas mal de travaux depuis Huntsville. Le temps a passé pour lui comme pour moi. J’allais quitter le site quand je vois « blog », et cela m’interpelle, car comme je l’ai dit plus haut, j’ai souvenir d’un personnage peu disert, et je le vois mal tenir un blog. Pour dire quoi ? La photographie ne lui suffit-elle donc pas ?

Voilà. Bien à vous.

Photographie.com

La Galerie Sit Down rend hommage à Jérôme Brézillon

Né à Paris en 1964, Jérôme Brézillon, photographe de presse, collaborateur régulier de Libération, Le Monde, Les Inrocks, Télérama …, avait fait des paysages une de ses spécialités. Traitées souvent comme des tableaux abstraits, ses images faites de quiétude, de silence, d’espaces immenses révèlent l’esthétique et l’intensité du vide. Son regard sur la géographie, à la fois transcendant et poétique dévoile des images épurées, mystérieuses et bienveillantes. Son approche contemplative se retrouve dans la technique exclusivement argentique qu’il utilisait dans la réalisation de ses photographies quel que soit le format de l’appareil photo choisi. (…)

http://www.photographie.com/event/la-galerie-sit-down-rend-hommage-jrme-brzillon

Jérôme Brézillon, “entrepot”, Nord Dakota, États-Unis. 2002. Série Stand Art Life © Jérôme Brézillon / Tendance Floue

Souvenirs du Mississippi

Deux photos que j’ai retrouvées il n’y a pas longtemps, prises et scannées avec mes petites mains.

La première c’est l’arroseur arrosé, Jérôme en train de photographier RL Burnside chez lui en 2003 dans le Mississippi.

Jérôme photographiant RL Burnside

Jérôme photographiant RL Burnside

La deuxième c’est avec et chez Jessie Mae Hemphill, dans son mobile-home, toujours dans le Mississippi. Elle avait surnommé Jérôme « Bullfrog ».

Jérôme et Jessie Mae Hemphill

Jérôme et Jessie Mae Hemphill

Dans ces photos, tout le monde est parti.

Et tout, les gens que je rencontre, la musique que j’écoute, me ramène vers ce voyage, ces photos, ces souvenirs.